Publicité

Test du VIH : quels moyens pour une couverture plus large de la population

Les 3 M Matériels

Malgré les gros investissements alloués pour le dépistage du VIH, en Afrique subsaharienne, on estime que 45% seulement des personnes infectées par le VIH, connaissent leur statut sérologique. Les Méthodes optimales pour maximiser les tests au sein de la population atteinte, restent encore inconnues.

Une étude observationnelle se rapportant à ce sujet et publiée dans la revue « the lancet », a décrit les travaux de chercheurs qui ont essayéde démontrer l’efficacité d’une approche de test dite « VIH mobile hybride », visant à parvenir à une couverture plus large de test de l’ensemble de la population.

Ces dits chercheurs ont assignés à cette étude des adultes (≥ 15 ans) de 32 communautés en Ouganda (n = 20) et au Kenya (n = 12) à l’aide d’un recensement porte-à-porte. La « Résidence stable » a été définie comme celle des personnes vivant dans la communauté pendant au moins 6 mois.

Dans chaque communauté, et durant 2 semaines, des campagnes de santé communautaire ont été réalisés incluant le dépistage du VIH, le conseil et l’orientation vers des soins en cas d’infection par le VIH.

Les personnes qui n’ont pas participé à ces campagnes, ont été approchées par des tests à domicile pendant 1-2 mois dans les 1-6 mois après la campagne. La couverture de la population et les facteurs prédictifs de tests de dépistage du VIH ont été mesurés par l’intermédiaire de tests « à domicile » plutôt que par les campagnes de santé et les non-testés.

Du 2 Avril 2013, à 8 Juin 2014, 168 772 résidents adultes ont été dénombrés dans le recensement porte-à-porte. Le dépistage du VIH a été réalisé sur 131 307 (89%) des 146 906 adultes en « résidence stable ».

13 043 parmi 136.033 (9 · 6%, 95% CI 9 · 4-9 · 8) adultes avec et sans résidence stable avait le VIH; le taux médian de CD4 était de 514 cellules/μL(IQR 355-703).

Parmi 131 307 adultes en résidence stable, testés, 56 106 (43%) ont déclaré ne pas avoir été testés précédemment. Parmi 13 043 adultes infectés par le VIH, 4932 (38%) ignoraient leur statut.

Parmi 105 170 participants à résidence stable aux campagnes 104 635 (99%) ont accepté le dépistage du VIH.

Par ailleurs, selon les analyses multi variées des adultes à résidence stable, les facteurs prédictifs de non-tests incluent le sexe masculin (risque relatif [RR] 1 · 52, IC 95% 1 · 48-1 · 56), le statut matrimonial de célibataire (1 · 70, 1 · 66 -1 · 75), l’âge de 30-39 ans (1 · 58, 1 · 52-1 · 65 vs 15-19 ans), la résidence au Kenya (1 · 46, 1 · 41-1 · 50), et la migration en dehors de sa communauté pendant au moins 1 mois (1 · 60, 1 · 53-1 · 68).

Comparativement aux personnes sans emploi, le dépistage du VIH était plus fréquent chez les agriculteurs (RR 0 · 73, 95% CI 0 · 67-0 · 79) et les étudiants (0 · 73, 0 · 69-0 · 77); et également chez ceux ayant acquis un enseignement primaire (0 · 84, 0 · 80-0 · 89) par rapport aux personnes sans éducation.

Ainsi cette approche « hybride mobile » par des campagnes de santé d’une part et par des visites porte à porte d’autre part, a permis aussi bien aux communautés qu’aux individus, une flexibilité d’aide pour atteindre le but recherché de couverture en test VIH.

Toutefois les hommes et les populations nomades, demeurent des défis pour le contrôle universel.

B.H.S

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password