Publicité

Les dromadaires : réservoirs potentiels du Coronavirus

D'ici et d'ailleurs D’ailleurs

Les dromadaires : réservoirs potentiels du Coronavirus

Le MERS (Middle East Respiratory Syndrome » avait fait son apparition en septembre 2012 en Arabie Saoudite et avait, depuis, infecté 94 personnes et causé 46 décès d’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Selon une récente étude publiée dans « The Lancet InfectiousDiseases », les scientifiques seraient sur une piste prometteuse dans leurs recherches relatives au Coronavirus, à l’origine du MERS.

Des échantillons sanguins de 50 dromadaires, vivant dans le désert du Sultanat d’Oman dans la péninsule arabe, avaient été prélevés et leur analyse avait montré que ces animaux avaient développé des anticorps contre ce virus, ce qui sous entend que ces dromadaires avaient été en contact préalable avec ce virus ou un virus qui lui est similaire. La recherche de ces anticorps s’est révélée négative sur d’autres animaux tels que les bovins, les chèvres et les moutons.

Si les dromadaires peuvent être considérés comme des réservoirs potentiels pour ce virus, les chercheurs ne peuvent affirmer qu’il y a transmission virale entre l’homme et le dromadaire. Des études plus poussées s’avèrent être nécessaires afin de clarifier le mode de transmission de l’animal à l’homme.

E.K.L

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Lost Password